Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2006 6 11 /02 /février /2006 22:20

Otage, de Florient Emilio Siri avec Bruce Willis

Une prise d'otage orchestré par de jeunes adolescents dans une villa de luxe dégénère rapidement. Jeff Taley, ex-négociateur dans la police de Los Angeles, est chargé de l'affaire est doit faire face à une situation qu'il s'était réfusé d'affronter à nouveau depuis sa nouvelle affectation"

À l'occasion de la sortie imminente d'Otage en dvd (22 Février) j'en profite donc pour vous livrer ma critique de ce film remarquable d'Olivier Siri, réalisateur français de Nid de Guêpes, véritable hommage à l'Assaut sur le central 13 de John Carpenter.

Avec ce film, Bruce Willis retrouve son genre de prédilection : le "die hard-like", un gentil flic, un méchant terroriste qui a la main mise sur des centaines d'innocents, le tout disposé dans un lieu imprévisible et ambigue. C'est dans ce shéma scénaristique simple qu'une grande partie des films des années 90 s'inspirèrent à la source de Piège de Crystal, oeuvre fondatrice du genre crée par John Mc Tiernan : Piège à grande vitesse, Money Train, Piège en haut mer, 58 minutes pour vivre, etc. Tous proviennent plus ou moins de l'énorme succés de Piège de Crystal.
Otage déterre ainsi ce genre vu et revu par les cinéphiles de notre trampe et tente d'en faire quelque chose d'un peu plus frais, plus humain et moins manichéen.

Lorsqu'Olivier Siri débarqua à la pré-production, le scénario était bourré de clichés et de vulgarités scénaristiques qui n'étaient pas digne d'un vrai bon film d'action. L'un des preneurs d'otage était un gros tatoué qui conservait la tête de sa mère dans son frigo, la maison était une simple villa de luxe (dit-il "à la Spielberg", comprenez-y ce que vous voulez) et les personnages étaient aussi creux que dans un Steven Seagal, les écrasages de roubignoles en moins.
Notre ami français fit donc un nettoyage complet du scénario avec la bénédiction du grand Bruce Willis et fit d'Otage un bon film !

Bruce Willis. Metropolitan FilmExport

Au final, nous avons un film à suspens légérement orienté action qui tente à tout moment d'humaniser les codes du genre auquel il puisse sa force en y créant un certains réalisme propre au cinéma d'aujourd'hui : parce que les gens de maintenant savent bien que Bruce Willis ne peut pas perdre plus de sang qui l'en a après avoir dégommé la totalité des méchants du film !
Olivier Siri choisit ainsi de nous montrer la mécanique psychologique qui pousse les adolescents a prendre en otage la famille Kelly dans sa maison de riche et évite le malheureux cliché "les méchants ont tout prévu mais ils ne réussissent tout de même à gagner". Le héros, Jeff Taley, n'est pas un simple flic qui fait son boulot mais un type qui a des problèmes de famille et qui, suite à une expérience cauchemardesque dans son métier de négociateur, décida de raccrocher une bonne fois pour toute et de se réfugier dans un village paumé et sans problème à l'abri du doute. Il sera donc malgré lui confronté à une prise d'otage digne de ce nom mais refuse de faire surgir son passé enfoui dans ses pensées, celles-ci étant personnifiés par la maison : véritable forteresse imprenable à la fois dangereuse et protectrice, "un personnage à part entière" selon Olivier Siri.

Bruce Willis. Metropolitan FilmExport
Vous l'aurez remarqué, Otage est loin d'être sans finesse et proposera pour vous un spectacle réjouissant et salvateur : car il est encore possible de voir un film d'action sans pour autant désactiver le neurone qui nous reste.
Desservi par une mise en scène terriblement efficace et d'acteurs convaincant jusqu'au simple figurant, Otage mérite de faire partie de votre filmo' à condition d'être un amateur du genre.

HIPPOPOTAME



Partager cet article

Repost 0
Published by Donnyph - dans Les Critiques
commenter cet article

commentaires

viagra generique 07/07/2011 03:26

it is not just my thought to increase traffic to your blog but it really deserves it.