Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 13:32

THE LOVE GURU avec Mike Myers et Jessica Alba.

La presse ciné qu'elle soit numérique ou papier est unanime sur la médiocrité du nouveau film de Mike Myers.

JOBLO.COM propose un apercu des meilleures critiques: Attention ,ca casse sec !

A.O. Scott, The New York Times : Dire que ce film n'est pas drôle est évident. THE LOVE GURU n'est absolument pas drôle, une expérience qui vous fera réfléchir à savoir si vous rirez encore un jour.

.

Harry Knowles, Ain't It Cool News - Avec ce film, Mike Myer tire une cartouche de fusil à pompe dans la comédie et l’achève. THE LOVE GURU est une des plus débiles, pathétiques et terrifiantes expérience cinématographique.

Roger Ebert, Chicago Sun-Times : Ce film aurait pu être écrit sur le mur des chiottes par un ado. Même les acteurs secondaires semblent se rendre compte que personne ne rigole. C'est certes impossible  puisque ils ne peuvent entendre le public… mais pourtant il semble qu'ils puissent.

Dana Stevens, Slate -Il y'a des mauvais films. Il existe des films tellement mauvais qu’ils en sont intéressant. ET une fois de temps en temps il y a un film tellement  mauvais que cela vous transporte dans un lieu  au delà du bien et du mal et qui vous y abandonne, seule et frissonnant. C'est difficile de se rendre compte à quel point les vannes de THE LOVE GURU  sont nulles.

Kyle Smith, The New York Post - Si ce film était un président, ce serait Tedious Roosevelt

Joe Neuimaier, The New York Daily News -Ne tergiversons pas plus. THE LOVE GURU c'est 88 atroces et idiotes minutes d'anti divertissement

 

Brian Lowry, Variety - THE LOVE GURU est tellement  gamin qu'il mériterait une nouvelle classification pour le " PG 13". Une classification qui non seulement interdise tous les spectateurs en dessous de 13ans  mais tout les autres au dessus  aussi.

Stephanie Zacharek, Salon.com -THE LOVE GURU est beaucoup trop agressif pour quiconque possède un cerveau.

 

Ken Fox, TV Guide - Adam Sandler peut respirer. Il peut rester assuré que son film "YOU DON T MESS WITH THE ZOHAN" ne sera pas classé comme LE pire film de l'année 2008

 



Repost 0
Published by Donnyph - dans Les Critiques
commenter cet article
19 novembre 2006 7 19 /11 /novembre /2006 00:55

Affiche teaser américaine. Columbia Pictures

Alors qu'il 'y a environs 1 ans lorsque Daniel Craig était annoncé pour remplacer Pierce Brossman, les critiques commencerent à s'élever pour dire que le choix de Craig était impensable ,qu'il n'avait pas le charisme pour être un Bond, qu'il ne serait qu'une étoile filante comme Lazenby ou Dalton.

Ensuite ,avec le premier teaser ,on trouva là aussi prétexte à dévaloriser le film.

Aujourd'hui ,Novembre 2006, le son de cloche est tout autre.

En effet ,des quatres coins de la toile on peut maintenant lire les premières critiques du film . Autant dire que la plupart sont plus que satisfaisantes. Sony peut se réjouir, la franchise JAMES BOND ne flambera pas au CASINO ROYALE

 Garth Francklin de Dark horizons:

Casino Royale est tout simplement un grand film, un des meilleurs dans la longue série des JAMES BOND et un de ceux qui ramenent James Bond au top! On peut encore débattre sur le fait de savoir si Daniel Craig  succédera au titre de meilleur JAMES BOND à Sean Connery, mais pour une premiere tentative dans ce rôle,  l'acteur promet !

Le film justfiie totalement son approche " BATMAN BEGINS", nouveau départ ,bien que le qualifié de meilleur JAMES BOND soit un peu exagéré (bien qu'il n'en soit pas si loin ,je vous le garantie).

Clint Morris de MOVIEHOLE

Bien qu'aussi bon soit Daniel Craig et les autres acteurs, les vrais stars de CASINO ROYALE sont les scénaristes Neal Purvis, Robert Wade, Paul Haggis et le directeur Martin Campbell. Le scénario est fantastique, c'est drôle, c'est romantique, c'est dramatique, c'est plein d'action, plein d'humour, mais bien plus que ça, ce scénario maintient son intérêt.Et si vous voulez essayer de ré-inventer Bond ,vous prenez le gars qui à fait GOLDEN EYE(1995), Martin Campbell. Campbell sait comment redonner du soufle à la vie d'une telle franchise et il le fait encore une fois ici. Ce gars sait ce qui fait d'un film Bond un bon film. Il le sait vraiment !

Harry de AINTITCOOL

Plus haut que tout ! Excitant ! C'était exactement ce que j'esperais. J'en voulais plus ! Je veux voir plus de films de James Bond d'un tel niveau de qualité- et surtout je veux voir ce film une fois encore. Ca c'est important.

Hugo de St Phale de Monsieurcinema

BOND NE MEURT JAMAIS

Tout est donc possible au cinéma ! Même prendre du plaisir devant un James Bond.

CASINO ROYALE explore une veine beaucoup plus dramatique et noire. On y suit pas à pas la naissance d'un mythe à qui il arrive encore de rater des missions, d'avoir peur, d'éprouver des sentiments ou... de ne pas être parfaitement « brushé ».

00 CRAIG

Mais le héros, c'est bel et bien Daniel Craig, celui que les fans redoutaient tant de voir dans le costume du célèbre buveur de vodka Martini. Comme pour les rassurer, les producteurs ont choisi Martin Campbell pour introniser le nouveau 007, lui qui avait lancé Pierce Brosnan avec GOLDENEYE. Le résultat est là : qu'on le veuille ou non, le James Bond nouveau est blond, aux yeux bleu et, surtout... il est bon ! Craig réussit parfaitement sa mission, aussi à l'aise quand il s'agit de sauter d'une grue que de commander un cocktail avec classe ou balancer froidement une vanne. Cela ne fait pas de CASINO ROYALE le film de l'année, mais voilà la franchise Bond à nouveau sur de bons rails



Repost 0
Published by Donnyph - dans Les Critiques
commenter cet article
11 février 2006 6 11 /02 /février /2006 22:20

Otage, de Florient Emilio Siri avec Bruce Willis

Une prise d'otage orchestré par de jeunes adolescents dans une villa de luxe dégénère rapidement. Jeff Taley, ex-négociateur dans la police de Los Angeles, est chargé de l'affaire est doit faire face à une situation qu'il s'était réfusé d'affronter à nouveau depuis sa nouvelle affectation"

À l'occasion de la sortie imminente d'Otage en dvd (22 Février) j'en profite donc pour vous livrer ma critique de ce film remarquable d'Olivier Siri, réalisateur français de Nid de Guêpes, véritable hommage à l'Assaut sur le central 13 de John Carpenter.

Avec ce film, Bruce Willis retrouve son genre de prédilection : le "die hard-like", un gentil flic, un méchant terroriste qui a la main mise sur des centaines d'innocents, le tout disposé dans un lieu imprévisible et ambigue. C'est dans ce shéma scénaristique simple qu'une grande partie des films des années 90 s'inspirèrent à la source de Piège de Crystal, oeuvre fondatrice du genre crée par John Mc Tiernan : Piège à grande vitesse, Money Train, Piège en haut mer, 58 minutes pour vivre, etc. Tous proviennent plus ou moins de l'énorme succés de Piège de Crystal.
Otage déterre ainsi ce genre vu et revu par les cinéphiles de notre trampe et tente d'en faire quelque chose d'un peu plus frais, plus humain et moins manichéen.

Lorsqu'Olivier Siri débarqua à la pré-production, le scénario était bourré de clichés et de vulgarités scénaristiques qui n'étaient pas digne d'un vrai bon film d'action. L'un des preneurs d'otage était un gros tatoué qui conservait la tête de sa mère dans son frigo, la maison était une simple villa de luxe (dit-il "à la Spielberg", comprenez-y ce que vous voulez) et les personnages étaient aussi creux que dans un Steven Seagal, les écrasages de roubignoles en moins.
Notre ami français fit donc un nettoyage complet du scénario avec la bénédiction du grand Bruce Willis et fit d'Otage un bon film !

Bruce Willis. Metropolitan FilmExport

Au final, nous avons un film à suspens légérement orienté action qui tente à tout moment d'humaniser les codes du genre auquel il puisse sa force en y créant un certains réalisme propre au cinéma d'aujourd'hui : parce que les gens de maintenant savent bien que Bruce Willis ne peut pas perdre plus de sang qui l'en a après avoir dégommé la totalité des méchants du film !
Olivier Siri choisit ainsi de nous montrer la mécanique psychologique qui pousse les adolescents a prendre en otage la famille Kelly dans sa maison de riche et évite le malheureux cliché "les méchants ont tout prévu mais ils ne réussissent tout de même à gagner". Le héros, Jeff Taley, n'est pas un simple flic qui fait son boulot mais un type qui a des problèmes de famille et qui, suite à une expérience cauchemardesque dans son métier de négociateur, décida de raccrocher une bonne fois pour toute et de se réfugier dans un village paumé et sans problème à l'abri du doute. Il sera donc malgré lui confronté à une prise d'otage digne de ce nom mais refuse de faire surgir son passé enfoui dans ses pensées, celles-ci étant personnifiés par la maison : véritable forteresse imprenable à la fois dangereuse et protectrice, "un personnage à part entière" selon Olivier Siri.

Bruce Willis. Metropolitan FilmExport
Vous l'aurez remarqué, Otage est loin d'être sans finesse et proposera pour vous un spectacle réjouissant et salvateur : car il est encore possible de voir un film d'action sans pour autant désactiver le neurone qui nous reste.
Desservi par une mise en scène terriblement efficace et d'acteurs convaincant jusqu'au simple figurant, Otage mérite de faire partie de votre filmo' à condition d'être un amateur du genre.

HIPPOPOTAME



Repost 0
Published by Donnyph - dans Les Critiques
commenter cet article